Le management de transition en Suisse

7/04/2015 – Seuls 10% des dirigeants intérimaires sont des femmes. Il n’existe aucune formation spécifique pour ce métier. En Suisse romande, les candidats provenant de France voisine sont nombreux

«Un manager de transition est plus courageux qu’un dirigeant interne, car il apporte un œil externe précieux tout en n’ayant aucune incitation à maintenir son statut au sein de l’entreprise, où il n’a en principe ni passé ni avenir», résume Olivier Taburet, qui se dit étonné par le nombre de postulants issus de l’EPFL ou de l’EPFZ, ne trouvant pas d’emploi fixe.

Article complet sur Le Temps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s