S’inspirer du management de… Blanche-Neige?

#MANAGEMENT – Et si les dessins animés, peuplés de personnages caricaturaux, pouvaient inspirer nos techniques de management? C’est le postulat fait dans cet article paru sur Manager Attitude.

l faut associer des talents complémentaires pour faire une bonne équipe. Comment Blanche Neige a-t-elle managé les sept nains ? Quelques éléments de réponse… comme un conte de Noël !

Prof : l’expert

Son expertise est bien sûr utile, voire indispensable, à l’entreprise. Mais il devient rapidement exaspérant lorsqu’il commence à donner des leçons à tout le monde, à jouer au premier de la classe. Pour peu qu’il soit bavard et manque d’esprit de synthèse, il devient assommant et parvient à transformer toute l’équipe en “dormeurs” !

S’il faut parfois le remettre en place, attention toutefois à ne pas se mettre Prof à dos : il pourrait se transformer en opposant, et pourquoi pas chercher à prendre la tête de l’équipe…

Confiez lui des missions importantes, flattez son ego, laissez le animer certaines réunions, mettez le en valeur, mais gardez bien la bride autour de son cou.

Joyeux : l’enthousiaste

Il a le mérite d’être toujours de bonne humeur et de maintenir le moral des troupes. Mais son éternel optimisme en agace certains, surtout Grincheux. Évitez de les installer tous les deux dans le même bureau. Plein d’humour, il ne manque pas une occasion d’animer les réunions avec des blagues, plus ou moins drôles, surtout si c’est un adepte des jeux de mots façon almanach Vermot.

Joyeux est pourtant un atout pour une équipe, à condition de canaliser son enthousiasme. Il peut constituer un excellent compagnon de bureau pour Simplet ou Timide.

Grincheux : le critique

Pour Grincheux, c’est bien simple : on n’y arrivera jamais, la stratégie n’est pas la bonne, les clients sont tous des imbéciles, vous avez toujours tort, et personne ne le comprend. « Je vous l’avais bien dit », « Si vous m’aviez écouté » sont ses deux expressions favorites. Il n’attend qu’une chose : que vous sortiez de vos gonds.

La patience et l’humour sont les deux armes anti-grincheux. Surtout, il faut être capable de discerner ce qui relève de sa mauvaise foi et de son pessimisme viscéral, des vraies critiques constructives qui permettent de faire progresser l’entreprise.

Timide : le discret

C’est souvent la perle cachée de l’entreprise. Discret, silencieux, à l’écoute, Timide ne prononce jamais un mot plus haut que l’autre, si bien qu’il passe un peu inaperçu. Et pourtant, il peut être un maillon essentiel de l’équipe, d’autant qu’il travaille dans l’ombre, sans chercher à glorifier son action.

Il faut donc l’encourager, le valoriser, sans forcément le mettre en avant, puisqu’il déteste cela. Son manque de confiance en lui peut être combattu par quelques succès professionnels.

Atchoum : le déprimé

Hypocondriaque, Atchoum se plaint de tout en permanence : de la météo, de sa belle mère, de ses collègues, de sa santé fragile, de la masse de travail…

Atchoum a besoin d’être cajolé, soutenu, encouragé, mais aussi d’être secoué de temps à autre, pour éviter qu’il ne finisse par déprimer ses collègues !

Atchoum est un comédien qui s’ignore. Une qualité que l’on peut utiliser : avec des clients qui lui ressemblent, il est capable d’établir d’utiles relations d’empathie.

Simplet : le candide

Il a toujours un métro de retard et met du temps à comprendre un problème simple. Après trois heures de réunion, il est capable de sortir candidement la réflexion qui vous fait comprendre… qu’il n’a rien compris.

C’est justement sa candeur qui peut être utile à l’entreprise. Les experts et les professionnels manquent souvent du recul nécessaire pour se mettre à la place des autres. Simplet, lui, sort souvent des évidences qu’il est bon de rappeler et qui permettent de garder les pieds sur terre.

Dormeur : le talent caché

Surnommé par ses collègues “Deux de tension”, éventuellement soupçonné de consommer des substances illicites, Dormeur a le mérite de ne pas gêner ses collègues. Il semble s’ennuyer ferme, ne s’intéresser à rien, ce qui le rend parfois cynique. En réunion, il passe son temps à pianoter sur son smartphone ou à dessiner des œuvres abstraites sur une feuille.

Dormeur à des talents cachés, qu’il ignore lui-même, et qu’il faut savoir faire émerger. Si vous y parvenez, vous pourriez même transformer un Dormeur en Joyeux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s