Savoir déléguer : tout un art !

#MANAGEMENTLu sur Les Echos – (extraits)

#1 Acceptez l’idée que chacun s’y prenne comme il l’entend

« Le fait de savoir déléguer est lié aux traits de caractère de chacun, estime Simon T., gérant d’une brasserie parisienne. Il faut accepter que les personnes ne fassent pas exactement comme on l’entend. J’ai du mal avec ça, ce n’est pas forcément facile à accepter … Du coup, j’y consacre beaucoup de temps parce que je cherche à obtenir de la personne qu’elle se calque exactement sur ma façon de faire. Alors que c’est uniquement le résultat qui importe ! »

#2 Prenez le temps de former vos troupes pour les rendre autonomes

« Pour les événements que je gérais moi-même jusqu’à maintenant, j’ai délégué à des chefs de projet. Cette année, je les accompagne beaucoup, je suis avec eux sur le terrain, comme si je les formais en quelque sorte. Pour l’instant, je suis là pour donner des consignes et je les laisse prendre confiance. L’objectif étant qu’ils soient autonomes l’année prochaine », raconte Ludivine Duranton. (…)

#3 Soyez clair sur les priorités, les objectifs et la deadline

Vos collaborateurs doivent savoir ce que vous attendez d’eux exactement. Si vous leur imposez pas sans cesse de nouvelles tâches à traiter en urgence, il y a de bonnes chances que rien ne soit fait correctement et dans les temps.

#4 Apprenez à lâcher prise

« C’est une discussion que j’ai beaucoup en interne avec mes managers, la notion de « lâcher prise » revient à chacune de nos discussions, expose Carine Currit. Je suis une perfectionniste, c’est une qualité dans certains cas mais sur le long terme et notamment pour le management, c’est un boulet que tu traînes. Mais paradoxe, je fais confiance très rapidement. » Car « lâcher prise » va forcément avec « confiance », clé de voûte de l’art de déléguer. (…)

#5 N’oubliez pas de rester vigilant

« La confiance n’exclut pas le contrôle, nuance Caroline Rostang. Je ne contrôle pas forcément tout le temps, juste au début et en cours de route ». Un avis que rejoint Ludivine Duranton, laquelle tâche de tout « bétonner » dès le départ.  « L’objectif est que, le moment venu, je n’ai plus rien à contrôler, que tout roule. Il faut tout « backuper » en amont pour éviter les accidents de dernière minute sur place. »  (…)

Lire l’article intégral

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s