E-business : l’eldorado africain

#MARCHÉ AFRICAINL’e-business africain est en forte croissance, comme le démontre cet article paru sur La Tribune. En voici quelques extraits. Retrouvez ici l’article intégral 
⇒ Pour en savoir plus sur l’activité de Procadres en Afrique
L’e-business a le vent en poupe sur le continent. Ces dernières années, le développement des infrastructures TIC et la pénétration d’Internet, notamment, ont permis l’essor notable de ce secteur. De l’e-commerce au mobile banking, en passant par les applications de transport urbain, le continent ne cesse de donner des idées aux entrepreneurs.

Masterpass QR, ainsi se nomme la nouvelle solution de paiement mobile, prochainement déployée par Mastercard et le groupe Ecobank dans 33 pays africains, tel qu’annoncé par le groupe bancaire panafricain fin octobre. Quelques mois plus tôt, en mars, le français Orange élargissait son champ d’action sur le continent, en décrochant une licence dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest, à savoir la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali et la Guinée, pour le lancement d’une solution de mobile banking. De son côté, la firme bulgare OneLife prépare sa conquête de l’Afrique à travers le marché mauricien, avec sa crypto-monnaie OneCoin.

Les exemples abondent et les entreprises internationales se bousculent pour avoir leur part du marché continental de l’e-business, en passant souvent par des partenariats avec des entreprises ou des institutions publiques locales. Cela a été justement le cas récemment en Tunisie, où Mastercard vient de signer, fin octobre, un accord de partenariat avec la Poste tunisienne, pour le développement du paiement mobile sur le marché local.

Du e-commerce au e-business

Alors qu’il y a encore quelques années, l’e-business en Afrique se résumait au e-commerce, plusieurs autres pratiques s’y démocratisent et le concept prend de mieux en mieux tout son sens. Le potentiel de développement que représente le continent sur ce secteur en fait même désormais un eldorado en la matière. «Nous sommes sur un continent avec 1 milliard d’habitants, marqué par l’essor d’une classe moyenne : plus de 100 millions de personnes auront rejoint cette classe d’ici 2020. C’est dire tout le potentiel de l’Afrique», commente dans un entretien avec La Tribune Afrique Karim Koundi, associé responsable du secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) pour Deloitte Afrique Francophone.

D’après lui, plusieurs autres facteurs contribuent à l’essor de l’e-business. Il s’agit notamment du développement de l’exploitation du haut débit, ainsi que la montée en puissance de l’utilisation des smartphones, la connectivité des jeunes de plus en plus importante… Selon une étude du cabinet Deloitte, publiée en février 2015, l’Afrique aura plus de 350 millions de smartphones connectés d’ici 2017. Cependant, estime l’expert, les réalités du continent qui, de prime abord, sont négatives, jouent en sa faveur pour le déploiement des solutions technologiques. «Les fortes disparités sont un facteur de développement de l’e-business, l’accès en ligne aux produits et services devient plus facile», explique-t-il.

(…)

Du Kenya au reste du monde

Avec par ailleurs l’expansion des monnaies virtuelles, l’e-finance est également en train de monter peu à peu. Et pour l’instant, le mobile banking ou paiement mobile s’arrache encore toutes les convoitises. Expérimenté pour la première fois au Kenya -devenu une référence mondiale en la matière- le paiement mobile est une alternative certaine au faible taux de bancarisation des Africains (12%). Avec l’application M-Pesa lancée en 2007 par Safaricom, cette application n’a pas fait que révolutionner le transfert d’argent dans ce pays d’Afrique de l’Est ou en Tanzanie voisine, en Afrique du Sud, en Afghanistan, en Inde, ainsi qu’en Europe de l’Est, où elle a été exportée. C’est le monde entier qui en a été inspiré.

 

(…)Au niveau du transport urbain également, des applications mobiles voient le jour un peu partout à travers le continent. Magic Bus Ticketing au Kenya, SafeMotos au Rwanda pour les déplacements en moto, Taxi Jet, Africab ou Drive en Côte d’Ivoire, ou encore Taxi Vairified au Cameroun, les citadins africains commencent à être des habitués de ce type de services.

Un autre domaine à fort potentiel est l’e-gaming, qui monte peu à peu, profitant de la jeunesse de la population africaine et de sa connectivité de plus en plus importante. Au final, presque tous les secteurs de l’économie aujourd’hui se fraient un chemin dans l’immense chantier de l’e-business en Afrique. À ce titre, la Fédération des sociétés d’assurances africaines s’est déjà réunie à deux reprises cette année. Au menu des discussions, justement, l’étude des possibilités d’adaptation du secteur à la transformation digitale que connaît le continent.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s