Les entreprises françaises, leaders de la RSE

Pierre PELOUZET, médiateur des entreprises et Sylvain GUYOTON, vice-président recherche d’EcoVadis ont présenté hier matin 29 mars à la presse la 2ème édition du Baromètre « Comparatif de la performance RSE des entreprises françaises avec celle des pays de l’OCDE et des BRICS ».

Une étude de grande ampleur : 20.000 entreprises évaluées sur la RSE

Cette étude de grande ampleur exploite les données statistiques d’évaluation RSE des fournisseurs des grands groupes par ECOVADIS afin de mesurer la performance RSE des entreprises françaises et de la comparer avec celles des pays de l’OCDE et des BRICS. Au total, 20.000 entreprises ont été évaluées entre octobre 2014 et octobre 2016 sur l’environnement, le social et l’éthique. La 1ère édition du baromètre, réalisée en 2015, couvrait 12.000 entreprises.

Les entreprises françaises se hissent à la 4ème place mondiale

Si les scores globaux – regroupant l’environnement, le social et l’éthique – augmentent pour chacun des groupes d’entreprises (France, OCDE, OCDE hors France, BRICS) par rapport à la 1ère édition du baromètre, les scores moyens globaux (moyenne pondérée de l’environnement, du social et de l’éthique) des entreprises françaises s’accroissent plus rapidement (+10%) que ceux de leurs consœurs des BRICS (+4%) et de l’OCDE (+7%).

De plus, les entreprises françaises conservent une position de leader en termes de RSE et elles se classent devant les entreprises situées dans les BRICS et dans l’OCDE sur les thèmes environnementaux et sociaux. 63% des entreprises françaises ont un système de management RSE « adapté ou exemplaire ».

Avec un score moyen de 48,3/100, les entreprises françaises arrivent en 4 e position de l’ensemble des pays sous revue. Une proportion significative d’entre elles (37%) a néanmoins encore des progrès à faire.

Il est à souligner que les PME et ETI françaises ont amélioré leurs scores, à l’instar des grands groupes. 60% d’entre elles possèdent déjà un système de management RSE « adapté ou exemplaire »

Une marge de progression dans le domaine de la corruption et des pratiques anti-concurrentielles

Concernant le thème de l’éthique, à savoir les enjeux de corruption et de pratiques anticoncurrentielles, les entreprises françaises restent derrière les entreprises situées dans les autres pays de l’OCDE. Leur score moyen est de 41,8/100 sur ce thème, contre 42,4/100 dans le reste des pays de l’OCDE. Mais cet écart devrait continuer à se réduire, grâce notamment à l’évolution législative française (loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite « loi Sapin 2 »).

Une dynamique législative continue (à l’échelle nationale et internationale), une société civile active, l’émergence de nouvelles normes internationales et la COP21, sont autant de facteurs pouvant conduire à un renforcement des pratiques RSE en France, comme dans le reste du monde.

Focus sur le secteur automobile

Par ailleurs, un focus a été fait dans cette édition sur les fournisseurs du secteur automobile, afin de pouvoir mesurer l’évolution de leur performance RSE lors du prochain baromètre. En effet, la plateforme automobile avait identifié la RSE comme le domaine principal dans lequel les fournisseurs des constructeurs automobiles devaient progresser.

La RSE : une opportunité de développement pour les PME françaises

« Même s’il reste encore beaucoup de progrès à faire, les entreprises françaises continuent de montrer leur leadership en matière de RSE. Ces bons résultats récompensent l’engagement des pouvoirs publics, des syndicats, des associations et de l’ensemble des acteurs de la profession», déclare Sylvain GUYOTON, vice-président recherche d’EcoVadis.

Pierre PELOUZET, médiateur des entreprises : « Je me réjouis des excellents résultats des entreprises françaises dans le domaine de la responsabilité sociale et environnementale, et tout particulièrement de l’amélioration notable des scores des PME et ETI françaises, qui se distinguent ainsi de leurs concurrentes internationales. Les grands groupes français, déjà en pointe en matière de RSE, ont tout à gagner à améliorer l’intégration de la RSE comme un des critères de sélection de leurs fournisseurs. Ils s’engageront ainsi dans une dynamique vertueuse, qui bénéficiera notamment aux PME et ETI françaises. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s