Archives de l’auteur : arborousseau

« Engagement collaborateur : puissance digitale », retour de table ronde

Le 13 juin dernier, Procadres International a organisé une table ronde sur le thème de la transition digitale et de l’engagement des salariés. Autour de la table, Jean-François Curtil – Président ExterionMedia France, Jean-Louis Bénard – Président Sociabble, et Raphaelle Gomez – responsable de l’engagement Groupe Renault. Stratégie de transformation digitale des entreprises, implication de tous les acteurs, vision globale et engagement collaborateur… une matinée riche en échanges.

A l’heure où seulement 6% des salariés se disent complètement engagés dans leur entreprise, le digital apparaît comme un formidable vecteur d’adhésion. Pourtant, il est encore souvent perçu comme une contrainte, un réflexe défensif face aux différents écosystèmes de l’entreprise. Le digital peine encore à s’intégrer à toutes les échelles. « Il y a souvent une difficulté à engager l’ensemble de l’entreprise dans cette transformation.« , note Jean-Louis Bénard.

Alors la clé pour une transition digitale réussie semble de s’appuyer sur l’ensemble des collaborateurs, de les inclure dans le processus de transformation, de les faire adhérer au projet. « Aujourd’hui, il y a une capillarité entre le bien-être, la vie personnelle et professionnelle, la manière de s’exprimer.« , note Jean-François Curtil. Les résultats les plus tangibles sont obtenus lorsque l’on donne à chacun la possibilité de jouer un rôle au sein de son organisation. L’enjeu est également de définir une stratégie claire avec une finalité concrète pour les hommes et les femmes de l’entreprise. « Il est primordial de demander à la fois aux collaborateurs et au top management de s’engager. Le top management doit être exemplaire sur le sujet en donnant la vision et en l’exécutant.« , souligne Jean-François Curtil.

Chez Renault, le groupe a mis en place une politique où chacun est invité, s’il le souhaite, à devenir un « ambassadeur » de la marque sur les réseaux. Via différents outils (intranet, plateforme Sociabble), le collaborateur est incité a partagé des informations sur son entreprise. Mises bout à bout, ces voix engagés aux côtés de leur entreprise multiplient l’impact d’image. Les salariés du groupe apprennent alors un nouveau métier : celui de communicant. « Sur la base du volontariat, ils vont d’eux-même faire une veille de la presse pour faire remonter les retombées.« , témoigne Raphaelle Gomez. Autre point important que relève la responsable de l’engagement du groupe : il n’y a pas de modération des contenus publiés en interne. Une manière de construire une relation de confiance. Le digital apparaît alors comme un vecteur de lien, engageant et responsabilisant pour les marques.

Il faut créer des conditions favorables à l’engagement et donner les outils au collaborateur pour qu’il s’implique. Une plateforme comme Sociabble fédère les salariés sur les réseaux. Par leurs contributions, ils amplifient considérablement la visibilité de leur entreprise. Pour 1000 employés engagés, ce sont 500 000 personnes touchées selon Jean-Louis Bénard, fondateur de la plateforme. De son côté, ExterionMedia France a fait le choix de cet outil au fort potentiel. « Plus de 90% de nos collaborateurs postent sur Socciable. Plus d’un tiers d’entre eux se manifestent à l’arrivée d’un nouveau collaborateur.« , se réjouit Jean-François Curtil.

Toutefois, si l’outil est le moteur, « l’essence, c’est le contenu« , précise Jean-Louis Bénard. Tout l’enjeu est de donner les moyens et stimuler l’envie de publier. La clé du succès réside alors dans la gamification. Avec un système de points pour chaque action, ces outils deviennent ludiques et incitent les collaborateurs à poster, commenter et partager.

En dépit des freins qui ralentissent la transition globale de toutes les organisations, il semble qu’une véritable mutation ait été opérée dans les esprits. Désormais, la question n’est plus au « Pourquoi changer ? » mais au « Comment ? ». Les paradigmes changent, les règles du jeu avec. Le digital demeure la plus belle opportunité de booster l’engagement collaborateur à condition de co-construire cette transformation. Le collaborateur doit être sollicité et intégré à toutes les étapes du processus.

Article de Bilan – Nos managers de transition en Suisse

Magazine économique de référence en Suisse, Bilan est suivi par près de 200 000 lecteurs. A l’occasion des 5 ans de Procadres International Suisse, le rédacteur en chef Serge Guertchakoff a interviewé quatre managers issus de notre pool. 

« Très expérimentés, les managers de transition sont appelés à la rescousse lors de situations de crise ou pour contribuer à transformer une entreprise. Quatre experts parlent de leur expérience.

Avec la multiplication des opérations de restructuration, avec les spin-off, les management buy-out ou encore les nombreuses acquisitions menées par des fonds actifs dans le Private Equity, il devient nécessaire de pouvoir s’appuyer sur des experts du management de transition. […] Nous avons rencontré quatre d’entre eux qui nous parlent de leur expérience.

[…] »

Lire l’article complet

 

Naître et renaître : l’histoire de SPIE, une rencontre organisée par Procadres International

Le 17 avril dernier, Procadres International conviait son réseau à son petit-déjeuner Naître et Renaître : l’histoire de SPIE. Jean Monville, son président de 1997 à 2009, nous a fait l’honneur de sa présence pour revenir en détail sur les événements marquants de son mandat.  Actionnariat salarié, confiance, transformation, LBO… une histoire émaillée d’audace et d’aventures. 

Parmi l’audience, certains ont été particulièrement marqués par l’expérience SPIE. C’est notamment le cas de Nicolas Holzman, ex-associé PAI, qui a témoigné de tout ce qu’il avait appris de SPIE et déployé dans d’autres organisations : gouvernance, actionnariat salarié et politique d’acquisition.

« Avec SPIE, on a eu l’occasion de faire soixante acquisitions en 5 ans entre 2006 et 2011. SPIE a été capable de mettre en place une véritable politique industrielle d’acquisitions.« , Nicolas Holzman.

Christine Bénard, nouvelle associée chez Procadres International

Procadres International élargit son offre de transformation et de digitalisation des entreprises industrielles avec l’arrivée d’une nouvelle associée : Christine Bénard.

Son réseau dans l’industrie et son expertise dans les démarches de transformation et de digitalisation des entreprises seront au service des clients industriels de Procadres. L’industrie est le secteur qui utilise le plus le management de transition (51 % des missions en 2018 – source FNMT). Diplômée de HEC, Christine Bénard a effectué l’essentiel de sa carrière dans l’industrie, à la fois à des postes opérationnels de Direction Générale (Valeo, Alstom, Mecaplast) et dans le conseil (Oliver Wyman).

 « J’aime comprendre les problématiques d’entreprise et trouver les solutions technologiques et organisationnelles adéquates pour les résoudre. Les entreprises doivent désormais conduire un changement permanent afin d’offrir sur la durée des expériences client d’excellence, au moindre coût. Leur meilleur atout : l’engagement collaborateurs. Dans ce contexte, le digital n’est pas une fin en soi mais un moyen puissant pour engager toutes les parties prenantes. », Christine Bénard.

Son parcours

30 ans de direction d’entreprises industrielles, de conseil en stratégie et de gestion du changement. Elle démarre sa carrière dans le conseil, devient VP Achats Monde de Valeo (1999-2002), puis Directeur général de l’activité Climatisation Europe Sud et Ouest de Valeo (2003-2006), elle intègre ensuite Alstom en tant que VP Stratégie et Innovation (2008-2009). Puis, elle dirige l’équipementier Mecaplast (2010-2012). En 2014, elle crée G-G+, sa société de conseil pour Direction Générale ; elle accompagne ainsi de grands groupes industriels dans leur stratégie et leur déploiement digital, via un partenariat avec Sociabble. Elle est également administratrice de plusieurs sociétés et Présidente de l’association Habitat et Humanisme 06.

Communiqué de presse

Éthique & Performance, une rencontre organisée par Procadres International

Le 21 février dernier, Procadres International a convié une cinquantaine d’invités à son petit-déjeuner autour de la thématique de l’éthique et de la performance. Il a été question de bienveillance, de sens, de RSE, de compliance et de tous les leviers sensibles de la performance en entreprise. 

A l’heure où 6000 étudiants de grandes écoles françaises s’engagent à ne pas collaborer avec des entreprises polluantes, le sens et l’éthique sont les vertus cardinales plébiscitées par les jeunes. La performance des entreprises passe par l’intégration totale de ces changements de paradigmes. L’entreprise d’aujourd’hui est apprenante et collaborative.

Nos intervenants de cette édition : Thierry Willième, co-fondateur Wisdom Paris & International CleanTech Week et Nathalie de Larminat Bougnoux, associée Procadres International.

Morceaux choisis

« Si l’éthique est toc alors ça ne peut pas fonctionner. L’éthique part de l’authenticité de l’intention. Sans éthique, il peut y avoir des drames et ces drames ont des noms : Enron ou Arthur Andersen. », Thierry Willième.

« Quand il n’y a pas de sincérité, la performance diminue. Ça part du coeur de l’homme et de l’intention. Un exemple : chez Google, 50% des inventions sont réalisées sur les 10% du temps de travail où les ingénieurs peuvent faire les recherches qu’ils souhaitent. Voilà un exemple de motivation intrinsèque. Ils ont fait ce qu’ils avaient envie de faire et il en résulte un gain pour la société. », Thierry Willième.

« Aujourd’hui, il y a trop de kick the box, trop de « ça y est, j’ai fait mon RSE«  et ça, ça ne marche pas. », Thierry Willième.

« L’éthique est complexe à définir puisque chacun en a une définition qui lui est propre. C’est une notion vivante qui évolue en fonction des circonstances et de l’environnement. L’éthique construit la confiance et s’inscrit forcément dans le long terme. […] Quand le patron dirige par l’exemple, c’est plus facile de s’inscrire dans une démarche éthique. « , Nathalie de Larminat Bougnoux.

« Le monde du management a complètement évolué. On est dans une époque où vous rencontrez des jeunes qui en savent plus que vous sur pas mal de sujets. Jusqu’à présent, l’information était le pouvoir. Or aujourd’hui les digital natives ont l’information en même temps que vous. Le rôle du management va donc passer du savoir-faire au savoir-être. Le manager-sachant va devenir un manager-aidant pour co-construire l’entreprise. Le management top-down est un modèle terminé. », Thierry Willième.

« Aujourd’hui on note les collaborateurs sur l’axe des valeurs et l’axe des performances. La priorité doit être mise sur les valeurs. Le team avant le win […] La performance durable se construit autant sur la performance opérationnel et que sur la bienveillance et l’éthique. », Thierry Willième.

Article d’Agefi pour les 5 ans de Procadres International Suisse

Installé à Genève depuis 5 ans, le spécialiste du marché de niche du management de transition, entre placement et conseil, collabore avec 50 entreprises coutumières et quelques centaines sur des missions adhoc. L’âge moyen de transition chez Procadres est de 52 ans.

Cinq ans après son implantation à Genève, Procadres International, actif dans le management de transition, connaît bien le marché du travail romand, via le prisme de ses missions mixtes entre le placement de personnel qualifié et le conseil. Le groupe collabore avec une cinquantaine d’entreprises actives, coutumières du management de transition et avec quelques centaines d’autres, qui ont ce dispositif de management alternatif «prêt dans le tiroir», donc prêt à être activé en cas de  projet de transformation, de redressement de performance, de manque ou remplacement de dirigeant , en cas de crise…

Sur le marché du travail romand, la vision de Procadres, en tant qu’acteur de niche, peut être sous-pondérée ou surpondérée. Dans la région francophone, le marché du management de transition est moins structuré, qu’en Suisse alémanique.

«Si le marché romand est moins mature, il connaît toutefois une croissance de 10% à 15% par an. Nous estimons le potentiel en Suisse de 600 à 800 missions par an, pour un pool de 600 managers de transition dans notre portefeuille, disponibles pour le pilotage temporaire d’organisation», explique Olivier Taburet, associé Procadres à Genève.

Lire la suite de l’article

Procadres International Suisse fête ses 5 ans

La soirée célébrant les 5 ans de Procadres International en Suisse s’est tenue le 6 février  à la Fédération des Entreprises Romandes.  Un moment privilégié de convivialité  pour les clients, partenaires, mais aussi les managers de transition de Procadres International dont 20 d’entre eux venaient de participer au ‘serious game’ de Procadres International le même jour.

Collaboration et co-création

Cette ambiance était un message de collaboration et co-création, valeurs parachevées par l’intervention de Daniele Castle, de Digital Switzerland, organisation faîtière de la digitalisation des entreprises en Suisse sur le thème de la révolution humaine nécessaire à la réussite de la révolution numérique.