Archives du mot-clé croissance

L’ambition du dirigeant s’affiche comme un moteur de croissance

Lu sur Chef d’entreprise.com

Parmi les principaux leviers de croissance, une étude de l’Observatoire du Réseau Entreprendre met en avant que l’envie et l’ambition du dirigeant forment des axes déterminants au développement de l’entreprise. L’étude appuie également un lien de corrélation entre croissance et gouvernance.

Lire la suite de l’article ici 

 

PROCADRES INTERNATIONAL, le MANAGEMENT DE TRANSITION au cœur du développement en Afrique

Procadres AfriqueL’Afrique ne cesse de changer et de s’adapter. Les entreprises se saisissent des opportunités de transformations pour en relever les défis. Dans un contexte d’africanisation des postes de direction, l’expérience des managers de transition accompagne ces évolutions. La scène africaine n’est plus périphérique mais stratégique. Le cabinet contribue au développement du management de transition en Afrique avec des projets de transformation. Il accompagne le dynamisme d’un marché où sont positionnés de nombreux groupes africains, étrangers et français. Procadres International fait prospérer les initiatives locales et met à disposition des entreprises des managers de transition pour une durée déterminée, afin de les aider à réussir leur projet et les accompagner dans leur phase d’évolution.

« En Afrique, le sujet des Ressources humaines répond à une large demande. Il y a une volonté de faire fleurir les compétences là où elles sont plutôt qu’elles ne s’exportent. » Xavier Jacomet, Associé Africa PROCADRES International

Un contexte de développement favorable

En 2016, 50% des 10 pays aux plus fortes croissances étaient africains. Les opportunités d’investissement sont immenses dans de nombreux secteurs d’activité et les entrepreneurs se disent optimistes quant aux performances économiques à moyen terme des marchés où ils y opèrent. Le continent est clairement un pôle attractif économique incontournable.

Croissance Afrique

+23% CA : Le management de transition en pleine croissance

La FNMT (Fédération Nationale du Management de Transition) vient de publier son baromètre annuel, très positif.

infographie.png

A RETENIR:

  • La moyenne d’âge des Managers de transition se situe entre 45-65 ans.
  • L’industrie est le secteur d’activité où la demande de Managers de transition est la plus forte
  • La profession est en demande : +7% de missions en 2016
  • Les fonctions de DAF et DRH sont les plus demandées

Le FMI plus optimiste sur la croissance mondiale en 2017

Lu sur Le Figaro Le Fonds monétaire international (FMI) relève légèrement ses prévisions pour l’économie mondiale à 3,5% en 2017. Mais les risques de dégradation persistent.

L’économie mondiale se porte un peu mieux. , le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance. Il prévoit une progression de 3,5% pour 2017 alors qu’il tablait sur 3,4% en janvier et octobre derniers.

«L’activité économique mondiale redémarre, avec une reprise cyclique attendue depuis longtemps de l’investissement, de l’industrie manufacturière et du commerce», explique l’institution internationale dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques de ses 189 membres («World Economic Outlook»), publié mardi.

Lire la suite de l’article 

Christophe Graffin rejoint Procadres International et dirige le nouveau bureau de Procadres à Lyon

CG©JJR01.JPGDiplômé de l’ E.N.S des Arts et Métiers et de l’ESSEC, Christophe Graffin a effectué toute sa carrière dans le domaine du B to B. Occupant successivement des responsabilités dans les domaines industriel, financier, puis commercial, il fut ensuite nommé directeur de division pour Valéo en UK, il y a plus de 20 ans. Depuis lors il a exercé de nombreuses responsabilités de direction générale ou opérationnelle chez Valéo, Entrelec (IPO au second marché), Pirelli Cables et Systèmes et Sonepar tant en France qu’à l’international, et notamment en Asie. Il dispose d’une expertise importante dans la transformation d’organisation (développement, croissance externe, ré-engineering).

Christophe Graffin :
Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre Procadres ?

Je connaissais Procadres International depuis 5 ans à la fois comme client puis comme manager. Leur approche du management de transition m’avait séduit de même que l’expertise des associés. Lorsqu’ils m’ont proposé de venir renforcer l’équipe dans le domaine de l’industrie et de développer l’activité dans la région sud-est, j’ai tout de suite décidé de relever ce challenge.

Quelle est votre vision du Management de Transition ?

Le management de transition est une activité en fort développement. Il permet de mettre en relation des entreprises qui recherchent des experts pour une mission temporaire et des managers expérimentés capables de s’impliquer rapidement dans leur mission. Le rôle de Procadres est aussi de s’assurer tout au long de celle-ci de son bon déroulement par une implication des associés.

Quelles sont les qualités requises chez un manager de transition, selon vous, pour mener à bien ses missions ?

Quel que soit le domaine d’’intervention, le manager de transition doit être capable pour réussir sa mission, de s’impliquer pleinement et rapidement chez son client.
Cela passe par une compréhension très rapide des enjeux, la planification de son intervention, un dialogue permanent avec tous les stakeholders et, la capacité à mesurer des progrès réalisés par l’entreprise .

Pourquoi vous installer en Rhône-Alpes ?

Le tissu économique de la région Rhône-Alpes est très dense et constitué d’entreprises pour lesquelles le management de transition est une solution à leur projet de transformation ou de retournement. Installé depuis plus de 20 ans sur Lyon, j’ai pu rencontrer de nombreuses entreprises exprimant ce besoin d’expertise complémentaire que Procadres International pourra leur apporter à la fois via les managers qu’ils proposent et aussi par le savoir-faire des associés.

Quelles sont les particularités de l’entreprise industrielle, sa valeur ajoutée par rapport aux autres entreprises ?

La particularité des entreprises industrielles est que la valeur ajoutée est souvent challengée par d’autres acteurs : sous-traitance, délocalisation. Pour rester compétitives, les sociétés doivent toujours se benchmarker, et progresser. Cela passe par l’amélioration continue où l’approche lean convient parfaitement mais aussi parfois par des investissements dans de nouveaux process où la conduite de projet est un facteur clé de succès. Dans les 2 cas, l’apport d’un manager de transition permet de mener à bien ces projets de transformation.

christophe.graffin@procadres.com

Industrie numérique: 54 000 cadres seront recrutés en 2017

Logo_syntec_NumériqueSyntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique (ESN), des éditeurs de logiciels et des sociétés de Conseil en Technologies, a présenté aujourd’hui le bilan 2016 et les perspectives 2017 du secteur numérique.

Les principaux enseignements :

  • 52,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016
  • Syntec Numérique révise légèrement la croissance 2016 du secteur : +2,9%
  • Syntec Numérique attend une croissance de +3 % en 2017
  • Recrutements de 46 600 cadres en 2016
  • Prévision de recrutements de près de 54 000 cadres en 2017
  • Plus de 4 260 demandeurs d’emploi formés et recrutés en 2016 via la Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE), soit près de 8 500 en 3 ans

Voir ici le détail du bilan 

 

« Les riches enseignements du management de transition » | VISION US

Dans un article pour Bizjournals, Ingar Grev, consultant en stratégie d’entreprise à Washington raconte que pour parfaire ses connaissances, on lui a conseillé de faire une mission de management de transition. Une expérience qui lui a permis de constater que les chefs d’entreprise pêchent souvent par excès de confiance.

Le pouvoir de l’expertise

« A moins d’avoir déjà été dirigeant avant de créer ou de rejoindre une entreprise, on ne connaît pas grand chose du management opérationnel. En général, on se base sur des outils tout faits (ce qui est une bonne chose), et sur une grande quantité de travail (ce qui n’est pas une bonne chose).

En effet, travailler de façon acharnée, et certes passionnée, ne suffit pas. Si c’est le seul moteur de l’entreprise, cette dernière est vouée à plafonner tôt ou tard. C’est en ne comptant pas ses heures que le dirigeant actuel a conduit l’entreprise « là où elle est aujourd’hui ». Il a donc une confiance excessive en ses capacités et celles de ses managers. Lorsque le développement de leur entreprise plafonne, les dirigeants cherchent des causes externes, croyant que la croissance qu’elle a connue jusqu’ici est la preuve de leur savoir-faire opérationnel.

Il ne s’agit pas d’arrogance de leur part (quoique, je n’en suis pas complètement certain!), mais ces dirigeants ne soupçonnent pas tout ce qu’ils pourraient améliorer avec un minimum de connaissances en gestion, en leadership, quelques tableaux Excel, etc.

Une leçon d’efficacité

Les succès passés donnent au chef d’entreprise la fausse impression qu’il s’y connaît en management opérationnel.

Cette assurance, à laquelle s’ajoute un relatif manque d’expérience et de formation, font qu’il est très difficile d’être objectif sur les points d’amélioration et les solutions à apporter.

Le potentiel de croissance de l’entreprise s’en trouve affecté – car les compétences de tous ont atteint leur maximum – et le profit diminue, car sans croissance, les marges souffrent des augmentations salariales et autres inflations

D’où l’utilité du regard et de l’expertise d’un manager de transition dans les entreprises ! [NDLR]

(Source: Bizjournals.com)