Archives du mot-clé digitalisation

DRH-DSI : le duo gagnant de la transformation digitale

Lu sur Les Echos 

Implémenter une stratégie de digitalisation est un projet qui ne s’improvise pas. Pour le réussir, il faut fixer un objectif précis, accompagner les collaborateurs dans cette transition et opérer les bons choix technologiques. Et pour ce faire, la Direction Générale doit pouvoir s’appuyer sur la participation de différents acteurs pour mener à bien cette transition. Dans ce contexte, comment DRH et DSI peuvent-elles renforcer leurs synergies ?

Lire la suite de l’article 

Des algorithmes et des hommes : quel avenir pour le recrutement ?

Lu sur La Tribune – 

Simplification des embauches, mise en concurrence des entreprises au profit des profils recherchés : l’algorithme va-t-il concurrencer le RH. Par Mickaël Cabrol, CEO fondateur d’Easyrecrue.

Le bruit court, la rumeur enfle : Facebook et Linkedin seraient sur le point d’uberiser le marché du recrutement. Le spectre d’une automatisation galopante se lève et bouscule ses acteurs traditionnels. Stupeur et tremblements… Mais « toute théorie s’expose aux rires des dieux » ; une prédiction chasse l’autre. Ces perspectives, au lieu de la scléroser, doivent stimuler la réflexion critique sur l’avenir du recrutement, et notamment sur l’avenir de la part humaine qui s’y applique. Demain, l’algorithme sera-t-il roi ? Les recruteurs sont-ils pour autant enclin à disparaître ? À défaut d’y voir clair, tâchons de penser juste.

Lire la suite de l’article 

Quelles sont les priorités des DRH pour 2017 ?

Mercer, conseil en ressources humaines global (santé et prévoyance, gestion des talents et  retraite et  investissements) présente la nouvelle édition de son baromètre des DRH*. Mené avec ABV Group et Groupe RH&M, il met l’accent sur le management des talents, leur développement et leur engagement, levier prioritaire de l’efficacité opérationnelle des entreprises et de leur agilité.

Voici les points forts du baromètre:

Capture d_écran 2017-06-09 à 15.43.09Capture d_écran 2017-06-09 à 15.43.21Capture d_écran 2017-06-09 à 15.43.39

 

Digitalisation et compétences managériales

Lu sur Les Echos – Peu de Français perçoivent le management comme une matière scientifique. Pourtant, les sciences de l’organisation centralisent toutes les connaissances que nous produisons sur cette particularité des sciences humaines, à savoir la capacité à construire des organisations spécifiques, qu’elles soient productives ou sociales.

L’évolution des formes organisationnelles entraîne un changement des styles de management. Le management s’est en effet d’abord donné comme impératif d’accélérer les process de production.

Lire l’article 

Transformation digitale : il est maintenant temps de s’attaquer à la digitalisation interne !

Lu sur Le Siècle Digital – Comment les entreprises mènent-elles leur transformation digitale ? Quels sont les projets inscrits dans la feuille de route des Chiefs digital officers (CDO) des entreprises françaises ?

Ce sont quelques-unes des questions auxquelles le deuxième baromètre des CDO réalisé par Digital Jobs, Novamétrie, Criteo, SalesForce et VISEO, entendait répondre. Il révèle notamment qu’après avoir travaillé la digitalisation des contacts clients, le CDO doit maintenant et de plus en plus s’atteler à la digitalisation de l’entreprise, de ses collaborateurs et de ses processus : 21 % des CDO indiquent même que cet objectif est cette année leur priorité. Le baromètre identifie un CDO idéal de plus en plus opérationnel et recruté avec une connaissance des processus de l’entreprise.

Lire la suite de l’article 

La transformation digitale en 2017: la fin des rêves et des miracles

Lu sur Frenchweb. Cette analyse insiste sur l’importance de la capacité d’adaptation et de transformation des entreprises, et non sur leur simple digitalisation. Extraits. 

Les capacités digitales ne sont pas pérennes

Les entreprises ont compris qu’il fallait se doter de capacités nouvelles dans un monde digital. Principalement technologies et humaines. Elles savent que ce socle est indispensable à leur réussite. Toutefois on se rend compte que les entreprises qui avancent le mieux ont fait autre chose que d’investir dans le digital.

On a beaucoup parlé du Chief Digital Officer ces dernières années et vous savez toutes les réserves que j’ai à ce sujet. A côté de ça une tendance se dessine: le remplacement du CDO par un Chief Transformation Officer et je trouve que cela a beaucoup plus de sens.

Car a peine voit on le bout de la transformation digitale que se profile l’étape suivante: la transformation cognitive qui va être un tremblement de terre d’une autre ampleur. Et nul doute qu’à la transformation cognitive succédera une autre étape dont nous n’avons pas idée aujourd’hui et à laquelle il faudra réagir encore plus vite. Et ainsi de suite.

Ce qui compte n’est pas tant de se doter de capacité digitales mais de capacité de changement et d’adaptation, peu importe le sujet. Au rythme auquel se succèdent les innovations, les disruptions, ce qui compte est de se doter d’une capacité de résilience globale au lieu d’avancer par à coup, sujet par sujet.

En 2017, les entreprises vont commencer à se rendre compte que le sujet n’est pas le digital mais l’adaptation, la résilience. Et s’organiser en conséquence.

Les directions générales, auparavant concernées, aujourd’hui impliquées

Jusqu’à présent les directions générales étaient concernées par la technologie mais pas impliquées. La technologie améliorait les opérations mais ne transformaient pas la nature du business. Les directions générales décidaient d’une ligne directrice et actaient le fait qu’il fallait y aller, puis le sujet était délégué à d’autres.

Aujourd’hui la technologie impacte la stratégie de l’entreprise, il n’y a pas de stratégie digitale mais une stratégie pour un monde digital. Une direction générale ne peut plus penser business et déléguer la déclinaison digitale, elle doit penser digital nativement et on est encore loin du compte.

C’est une question d’acculturation, cela demande du temps et un temps que beaucoup n’ont pas pris et n’estiment pas avoir le temps de prendre pour travailler sur eux, dans la profondeur. C’est pourtant ce qui fait la différence entre les leaders et ceux qui s’embourbent. Beaucoup de ceux qui sont encore à se demander par où prendre le problème ont davantage un enjeu d’accompagnement et de coaching des directions générales que d’analyse du business à ce stade. Elles ont besoin de s’inscrire dans le temps long, dans l’échange, dans l’appropriation.

En 2017 on aimerait que les directions générales prennent le temps de ce travail sur soi, dans le long terme. Mais, malheureusement, les chances que cela arrive sont faibles. C’est une des raisons qui peut expliquer l’écart qui se creuse entre les leaders et les autres.

Lire l’article intégral ici 

Responsables RH, digitalisez vos process

Extrait d’un article paru dans Le Journal du Net: « Todo list 2017 : responsables RH, digitalisez vos process ». De l’importance de la numérisation des données, tâche complexe souvent réalisé par un agent externe à l’entreprise.

Digitalisez vos données

Les services RH sont assis sur une mine d’or potentielle : les données issues des entretiens professionnels (obligatoires depuis 2016), des entretiens d’évaluation ou encore des indicateurs de performance tels que les statistiques de vente.

Si celles-ci sont digitalisées et travaillées, elles peuvent donner de précieuses indications sur le climat social interne et les souhaits des collaborateurs (évolution statutaire, salariale ou encore géographique). Ce qui permet aux RH de limiter le taux de turnover, d’améliorer le management ou encore d’établir des plans de formation pertinents.

Pour cela, il faut soit recruter des responsables SIRH pour créer sa solution en interne, soit faire appel à des prestataires spécialisés. En 2016, plusieurs grands groupes tels que Nespresso, Saint Gobain, Essilor ou des PME comme Lyreco ont déployé avec succès une stratégie de digitalisation des données RH. En 2017, cette tendance devrait se poursuivre, notamment dans les PME qui tendent à se digitaliser pour gagner en agilité.

Pour lire la suite de l’article