Archives du mot-clé hiérarchie

Réveillez le loup qui est en vous!

[INSOLITE] – Lu dans Le Monde 

D’après un proverbe connu, l’homme serait un loup pour l’homme, y compris lorsqu’il porte un costume-cravate. Si cette assertion reste discutable, certains ont décidé de l’ériger en outil de stimulation des équipes, puisant dans cette sauvagerie supposée les ressources nécessaires à la marche en avant de l’entreprise.

Ainsi est née, en Autriche, l’idée d’un ­séminaire intitulé « Parle avec les loups », s’adressant aux cadres que la vie de ­bureau aurait exagérément policés. Après s’être acquittés de 650 euros par tête, les stagiaires, pas vraiment rassurés, sont invités à s’accroupir face à la gueule impressionnante des pensionnaires du centre d’Ernstbrunn, proche de Vienne. Ces loups gris, qui ne ­connaissent pas votre position habituelle dans l’organigramme, vous font alors passer un test d’évaluation selon leurs propres critères, parfois même au moyen de léchouilles intimidantes. Si vous êtes un vrai Machiavel d’open space mais que vous transpirez à la vue d’une ­canine acérée, vous pourriez ­subir une soudaine dégringolade hiérarchique par le simple regard méprisant de cet examinateur velu.

Lire la suite sur Le Monde 

Dans les Echos: Gary Hamel : « La catégorie des « managers » va bientôt disparaître »

Lu dans Les Echos – Guy Hamel, conférencier et enseignant à la London Business School, annonce la fin des managers. Vraiment? Pas tout à fait. Voici quelques extraits de l’interview qu’il a accordée aux Echos:

« La plupart des grandes entreprises ont des fondements bureaucratiques. Les individus sont divisés en équipes, séparées entre elles par des couches de management. Chacun a une fonction précise, des compétences et des responsabilités strictement définies. A petite dose, la bureaucratie peut être une bonne chose, car les entreprises ont besoin d’un certain niveau de contrôle et de continuité, mais quand elle conduit à entraver la capacité et l’envie des employés à se dépasser et à innover, les conséquences peuvent être désastreuses. A mesure que les entreprises grandissent, un phénomène que j’appelle « bureau-sclérose » émerge. De nouvelles couches de management sont ajoutées, les cycles de décisions deviennent plus longs, les règles prolifèrent. (…)

Comment les leaders des entreprises ­peuvent-ils se préparer à tous ces changements ?

Faire évoluer nos entreprises bureaucratiques et changer leur architecture et leur idéologie ne signifie pas qu’il n’y aura plus aucune hiérarchie. Simplement, les leaders de demain seront ceux qui seront reconnus par leurs pairs comme ayant une véritable valeur ajoutée pour l’entreprise. Ils devront travailler à conserver leur influence chaque jour, grâce à leurs contributions. Les leaders actuels doivent comprendre que leur autorité future ne sera plus liée à leur position hiérarchique, mais qu’elle sera plutôt l’exact corollaire de leur capacité à mobiliser et à faire consensus. Un grand défi à venir sera justement de former ces leaders à assumer ce rôle ».

Lire l’article intégral